Jeudi 25 Avril, 2024 - 4:31 AM / Abidjan +33
Jeudi 25 Avril, 2024 - 4:31 AM / Abidjan +33
Economie

Côte d’Ivoire : près de 80% de la production de noix de cajou brutes exportées

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Côte d’Ivoire : près de 80% de la production de noix de cajou brutes exportées
La production annuelle de noix brutes de cajou, en Côte d’Ivoire, a plus que doublé en une décennie, passant de 400.000 tonnes en 2011 à 1.028.172 tonnes en 2022.

Aujourd’hui, l’anacarde représente le deuxième produit d’exportation agricole, aussi bien en volume qu’en valeur, derrière le cacao, dont le pays est le premier producteur mondial. La filière cajou contribue à environ 8 à 9% du PIB de la Côte d’Ivoire.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, du développement rural et de la production vivrière, Adjoumani Kouassi a procédé, lundi, à l’inauguration d’une usine de transformation de noix de cajou dénommée AFCOTT CASHEW.

L’entreprise, basée à Yamoussoukro, dans le centre ivoirien, envisage de transformer 18.000 tonnes de noix brutes en 2024 contre 30.000 tonnes en 2025, 40.000 tonnes en 2026 et en 2027 un volume de 50.000 tonnes.

Selon le ministre d’Etat, l’inauguration de cette usine s’inscrit dans la dynamique du développement du secteur de l’agro-industrie avec comme objectif d’atteindre rapidement un niveau de transformation de 50% des produits agricoles.

« Près de 80% de la production de noix de cajou brutes sont exportées, constituant ainsi une grosse perte pour l’économie ivoirienne », a-t-il dit. Au regard de ce fort taux d’exportation de la noix de cajou, la Côte d’Ivoire s’attèle à accélérer la transformation locale.

Dans cette optique, le gouvernement a mis en place des zones agroindustrielles dédiées à la transformation du cajou financées par le projet de Promotion de la Compétitivité de la chaine de valeur de l’anacarde.

Il a, en outre, mis en place un mécanisme de soutien à l’approvisionnement des transformateurs locaux en noix brutes de cajou, ainsi que l’appui à l’installation des unités de décorticage de noix à petite échelle au sein de sociétés coopératives de producteurs.

Aujourd’hui, la filière cajou en Côte d’Ivoire, compte plus d’une trentaine d’unités de transformation d’une capacité de près de 350.000 tonnes de noix brute de cajou. Ce qui a permis au pays de devenir le premier pays producteur mondial.

La Côte d’Ivoire est également le premier pays exportateur mondial, le troisième transformateur mondial et le premier transformateur africain. Toutefois, reste-il « encore loin » de son objectif qui est de transformer jusqu’à 50% de sa production à l’horizon 2030.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR