Mardi 28 Mai, 2024 - 5:06 PM / Abidjan +33
Mardi 28 Mai, 2024 - 5:06 PM / Abidjan +33
News

Côte d'Ivoire: une campagne difficile pour l'anacarde

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Côte d'Ivoire: une campagne difficile pour l'anacarde
En Côte d’Ivoire, grand pays producteur de noix de cajou, la période de commercialisation de l’anacarde est timide. Au détriment des producteurs et des transformateurs locaux, qui abordent une nouvelle année difficile. 

Cette année, les prix bord champ varient entre 200 et 300 francs CFA le kilo. Problème : la plupart des acheteurs n’ont pas pré-financé la campagne. Les producteurs continuent donc de stocker leurs noix, eux qui avaient déjà sous les bras, pour certains, un stock non vendu de l’année passée. Faute de liquidités, la campagne reste timide, constatent plusieurs producteurs.

Et les usines locales, comme les multinationales, sont dans un moment d’observation. Elles estiment qu’il n’est pas rentable d’acheter : les prix sont beaucoup trop bas par rapport aux coûts de production, qui eux explosent. En moyenne, les usines perdent 170 francs CFA par kilo de noix brutes transformées. Par ailleurs, la qualité des noix présentes sur le marché actuellement ne correspond pas aux besoins des acheteurs.

Les transformateurs ivoiriens fragiles

Cette situation ne fait que fragiliser davantage les transformateurs nationaux, qui ont du mal à compenser les pertes, et ce, malgré les accompagnements de l’État. Plusieurs d’entre eux n’ont toujours pas reçu leur stock d’amorçage qui leur permet de démarrer les achats. Or, la qualité des noix brutes diminue à mesure que les jours passent et la campagne s’achève à la fin du mois de mai.

Problèmes d’approvisionnement en noix brutes, difficultés d’accès au secteur bancaire, déficit de compétitivité face aux entreprises asiatiques… Les transformateurs ivoiriens cumulent une série de handicaps qui les empêchent de se développer solidement. Ces entreprises auraient besoin d’un soutien pour le financement et pour couvrir leurs pertes, au moins le temps d’atteindre une taille critique, estime un acteur du secteur.

Malgré ces difficultés, le Conseil Coton Anacarde espère que la barre des 300 000 tonnes de noix brutes transformées en Côte d'Ivoire cette année sera franchie. En parallèle, le régulateur a entamé une série d’achats groupés auprès des coopératives de producteurs. L’objectif est double : injecter des liquidités sur le marché et faire respecter le prix officiel.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR